Dec

12016

Pour 1 français sur 2, les outils numériques n’améliorent pas leur productivité

Malgré les nombreux préjugés, les Français sont parmi les travailleurs les plus productifs d’Europe selon les données Eurostat1. A l’heure de la 4ème révolution industrielle, ce type de conclusion est pourtant à mettre en perspective, que l’on travaille dans une entreprise ayant ou non fait le choix des nouvelles technologies comme un standard de travail. Comme le montre les résultats de l’étude menée par Citrix, si les salariés français ont complétement fait leurs ces nouveaux outils (PC, tablette, smartphone, applications), ils ne font pas forcément le constat d’une productivité accrue. Allant même jusqu’à dire que certains outils sont chronophages. 

3 français sur 4 ne peuvent se passer des outils numériques

Il est indéniable que pour les salariés français, le numérique fait partie intégrante de leur quotidien et qu’ils ont assimilés les outils associés. Ainsi pas moins de 74% des répondants affirment ne plus pouvoir travailler sans. Étonnamment la génération Y affirme être la plus à même de s’en passer. Les 18-34 ans supposés être les plus habitués aux nouvelles technologies ne les voient en effet pas comme  une fin en soi. Intégrés à leur quotidien, ces nouveaux outils ne sont pour eux pas exclusivement synonyme de travail. Pas moins de 47% d’entre-deux les plébiscitent pour leur rapidité d’exécution, quand 47% des 55 ans et plus estiment qu’ils sont là d’abord pour leur faciliter leurs tâches professionnelles.  

Pour les salariés français, le gain de temps des outils numériques professionnels est indéniable. Près de la moitié affirme ainsi travailler autant en moins de temps et 46% affirment même travailler plus en moins de temps. Mais là n’est pas le seul bénéfice qu’ils en ressortent. En effet, pour plus d’un tiers des personnes interrogées (39%), les outils numériques sont propices à une meilleure collaboration. 

Enfin les applications dites « métiers » (celles qui sont spécifiques à l’activité du salarié et/ou de l’entreprise) sont plébiscitées par les répondants comme celles faisant gagner le plus temps. Optimisées et pensées uniquement pour des tâches particulières, elles sont un véritable compagnon de travail pour près de 30% des salariés. Quand les applications bureautiques (éditeurs de texte, de slides, tableur, etc.) sont, elles, considérées comme les plus chronophages par près d’un quart des répondants, suivies par la messagerie électronique (23%) et la messagerie instantanée (22%).

Productivité Vs. Bien-être au travail

Si pour la moitié des salariés, le gain de temps est acté, on ne peut pas conclure que cela induit automatiquement plus de productivité. Alors que 90% de répondants déclarent gagner du temps, près de la moitié estime quand même travailler plus. Mais travailler plus est-il forcément synonyme de productivité ? Ce n’est pas forcément ce que les salariés perçoivent, eux qui sont 47% à penser que leur niveau de productivité n’a pas progressé au cours 12 derniers mois. Ils sont même près de 14% qui estiment que leur productivité peut être améliorée.

Une perception de stagnation à mettre en parallèle avec le sentiment de bien-être des salariés. Bien que pour 80% des répondants être productif renvoie à plus de bien-être au travail (sentiment d’utilité, confiance en soi…), il n’en demeure pas moins que pour 1 répondant sur 5 le niveau de productivité influe négativement sur son bien-être. Travailler plus en moins de temps n’est pas un axiome universel pour les Français. 

C’est d’autant plus vrai quand on constate que pour 21% des femmes interrogées, productivité et bien-être ne peuvent aller de pair. Ce n’est le cas que pour 13% des hommes. Ce sont eux qui sont majoritaires pour dire que la productivité à des effets positifs sur leur vie au travail. 

Les employeurs ont encore une marge de progression

Si la moitié des répondants se disent satisfaits des outils aujourd’hui mis à leur disposition, ils n’hésitent pas à remettre en cause (42%) le manque d’implication de leur employeur. Ils ne se disent pas satisfaits de l’accompagnement qu’ils reçoivent et attendent plus de leur entreprise. Étonnamment ce sont les 55 ans et plus qui sont le moins sévères alors que les 18-34 ans, censés être intuitivement à l’aise, sont les plus critiques. Pour 3/4 des répondants il n’y pas assez d’aide à l’optimisation et l’utilisation de ces outils. Voire pas d’aide du tout pour 1 salariés sur 4. Un manque de formation notoire qui n’encourage pas les salariés à être plus concernés ni à adoptés de nouvelles méthodes de travail.

Sur la question de la sécurité, le constat n’est pas plus brillant avec près d’1 répondant sur 2 pour qui plus de sécurité des outils numériques serait perçue comme une perte de temps. 

Pour une pleine utilisation de la capacité des outils numériques professionnels, les employeurs auraient intérêt à mieux promouvoir le télétravail notamment, pour que les salariés prennent pleinement conscience des bénéficies des outils qu’ils utilisent quotidiennement. En effet seulement 18% des personnes interrogées se disent plus productives en télétravail. Véritable constat ou simple ressenti, les employeurs ont tout à gagner à mieux promouvoir ces outils pour un meilleur épanouissement de leurs employés.

Un œil vers le futur

Pour les Français, les objets connectés (25%), les robots (22%) et les assistants vocaux (16%) seront les plus à même de leur faire gagner du temps au travail au cours des cinq prochaines années. Mais en attendant la généralisation de ces technologies, ce sont les stratégies d’accompagnement et de  promotion des outils actuels qui doivent être mises en avant. Il est primordial pour les entreprises d’intégrer et former aux solutions et outils qu’elles proposent à ses salariés, dans un souci d’efficacité mais également pour influer positivement sur le bien-être et l’engagement de leurs employés. Plus ils seront à l’aise avec leur environnement numérique, plus ils verront ces outils comme une aide et un véritable compagnon de travail plutôt qu’un obstacle chronophage qui les rebutent.

Les outils numériques professionnels ne doivent pas uniquement être associés au lieu de travail. L’entreprise doit encourager l’utilisation de nouvelles formes de travail, rendues possibles avec ces technologies, et notamment le télétravail. Selon les personnes interrogées, les outils numériques perdent de leur utilité en dehors du cadre du lieu de travail. C’est cette vision – assez réductrice – que les entreprises doivent s’atteler à gommer pour donner un sens nouveau à la notion de travail et outils associés. Il est temps de sortir d’une vision trop traditionnelle du travail et du numérique.

Méthodologie

L’étude a été réalisée en ligne auprès de 1000 répondants, âgés de 18 ans et plus, en situation d’emploi (temps plein, temps partiel, intérimaires) au sein d’un organisme privé ou public. Ce sondage a été réalisé du 06 au 11 novembre via l’institut de sondage Toluna. 

1 Productivité de la main d’œuvre par personne occupée et heure travaillée / 2016

A propos de Citrix
Citrix (NASDAQ: CTXS) aspire à rendre possible un monde où les gens, les organisations et les équipements sont connectés et accessibles de façon sécurisée afin de rendre l'extraordinaire possible. Grâce aux solutions Citrix, les applications et les données sont sécurisées et faciles d'accès, permettant ainsi de travailler partout et à tout moment. Citrix fournit une gamme complète et intégrée de solutions « Workspace-as-a-Service » (WaaS), de virtualisation d’applications, de mobilité, de réseau et de partage de fichiers. Celles-ci permettent aux utilisateurs d’accéder à leurs systèmes critiques en toute sécurité en mode cloud ou non, et depuis n’importe quel terminal ou plate-forme. Avec 3,28 milliards de dollars de revenus générés en 2015, les solutions Citrix sont utilisées dans plus de 400.000 organisations et par plus de 100 millions d'utilisateurs à travers le monde. Pour en savoir plus : http://www.citrix.fr