Qu’est-ce que la virtualisation d’applications ?

La virtualisation d’applications est une technologie qui permet aux utilisateurs d’accéder à une application et de l’utiliser à partir d’un ordinateur différent de celui sur lequel l’application est installée. Avec un logiciel de virtualisation d’applications, les administrateurs informatiques peuvent configurer des applications à distance sur un serveur, puis livrer les applications sur l’ordinateur d’un utilisateur final. Pour l’utilisateur, l’expérience de l’application virtualisée est la même que celle de l’application installée sur une machine physique.

Thèmes clés de la virtualisation d’applications :

Comment fonctionne la virtualisation d’applications ?

L’approche basée sur serveur est la plus simple pour virtualiser des applications. Un administrateur informatique implémente des applications à distance sur un serveur au sein du datacenter de l’entreprise ou via un service d’hébergement. L’administrateur informatique utilise ensuite le logiciel de virtualisation d’applications pour livrer ces applications sur le poste d’un utilisateur, ou tout autre appareil connecté. L’utilisateur peut alors accéder aux applications et les utiliser comme si elles étaient installées en local sur sa machine et ses actions sont renvoyées vers le serveur pour être exécutées.

La virtualisation d’applications est une facette importante des espaces de travail digitaux et de la virtualisation de postes.

Quels sont les trois principaux avantages de la virtualisation d’applications ?

  1. Gestion des applications :
    La virtualisation d’applications permet aux départements IT de gérer et de maintenir facilement les applications au sein d’une entreprise. Plutôt que d’installer manuellement les applications sur les machines de tous les utilisateurs, la virtualisation d’applications permet aux administrateurs informatiques d’installer une application une seule fois sur un serveur central, puis de la déployer sur les appareils des utilisateurs en fonction des besoins. En plus de réduire le délai d’installation, cette technologie simplifie également l’application de mises à jour ou de correctifs, car l’IT n’a besoin de le faire que sur un seul serveur.
  2. Évolutivité :
    La virtualisation d’applications permet aux administrateurs informatiques de déployer des applications virtuelles sur toutes sortes d’appareils connectés, indépendamment du système d’exploitation ou de l’espace de stockage de ces derniers. Un provisioning des clients légers est ainsi possible, dans le cadre duquel les utilisateurs peuvent accéder à une application sur une machine à bas coût, tandis que les serveurs centralisés gèrent l’ensemble de la puissance de traitement nécessaire à l’exécution de l’application. L’entreprise dépense ainsi beaucoup moins en matériel informatique, puisque les collaborateurs peuvent se contenter de machines standard pour accéder aux applications dont ils ont besoin pour travailler. La virtualisation d’applications permet également aux utilisateurs d’accéder à des applications qui, en temps normal, ne fonctionneraient pas sur le système d’exploitation de leur machine, puisque l’application s’exécute en réalité sur le serveur centralisé. Cela permet notamment d’exécuter virtuellement une application Windows sur un système d’exploitation Linux.
  3. Sécurité :
    Un logiciel de virtualisation d’applications permet aux administrateurs informatiques de déterminer quels utilisateurs accèdent à quelles applications depuis un point central. Si les droits d’un utilisateur changent au sein d’une entreprise, l’administrateur informatique peut se contenter de supprimer l’accès de cet utilisateur à une application. Sans la virtualisation d’applications, l’administrateur informatique serait obligé de désinstaller physiquement l’application de l’appareil de l’utilisateur. Ce contrôle central sur l’accès aux applications est tout particulièrement important en cas de perte ou de vol d’un appareil, car l’administrateur informatique peut révoquer l’accès distant aux données sensibles, sans avoir à localiser l’appareil manquant.

Ressources supplémentaires