Qu’est-ce que le VDI
(infrastructure de postes de travail virtuels) ?

Une infrastructure de postes de travail virtuels (VDI) est définie comme l’hébergement d’environnements Desktop sur un serveur central. C’est une forme de virtualisation de postes, puisque les images de postes spécifiques s’exécutent sur des machines virtuelles (VM) et sont mises à la disposition des clients finaux via un réseau. Les points de terminaison peuvent être des PC ou d’autres appareils comme des tablettes ou des clients légers.

Explorez les autres sujets liés au VDI

Fonctionnement du VDI

Les caractéristiques suivantes s’appliquent à tous les déploiements de VDI :

  • Les postes de travail virtuels résident sur des VM sur un serveur centralisé
  • Chaque poste de travail virtuel inclut une image du système d’exploitation, généralement Microsoft Windows
  • Les VM sont hébergées, ce qui signifie que plusieurs instances d’une même VM peuvent loger sur le même serveur au sein du datacenter
  • Les clients finaux doivent être connectés en permanence au serveur géré centralement pour continuer à accéder aux postes virtualisés hébergés dessus
  • Lors de l’implémentation du VDI, le gestionnaire de connexions trouve un poste de travail virtuel au sein du pool de ressources pour chaque client, afin que ce dernier s’y connecte une fois qu’il a accédé à l’environnement VDI
  • Pendant ce temps-là, un hyperviseur crée, exécute et gère les différents VM de la machine d’hébergement qui encapsulent les environnements Desktop virtuels individuels.

Dans les espaces de travail digitaux modernes, au sein desquels de nombreuses applications doivent pouvoir être accessibles sur demande, le VDI fournit un accès distant pratique et sécurisé, qui contribue à booster la productivité des collaborateurs. Il permet également une expérience cohérente sur plusieurs appareils.

VDI vs virtualisation de postes

Toutes les solutions de virtualisation de postes ne tirent par parti des VM hébergées comme le fait le VDI. En outre, VDI n’est pas un synonyme de virtualisation de postes en termes de catégories. Il s’agit plutôt d’une alternative aux autres formes de mise à disposition de postes de travail virtuels, notamment aux solutions partagées et hébergées qui connectent les PC et les clients légers à un poste partagé, ou encore à la virtualisation de postes locaux, où l’environnement Desktop s’exécute directement sur le client.

VDI et espaces de travail digitaux

En supposant que l’ensemble de l’infrastructure de soutien fonctionne comme prévu, un utilisateur qui accède à distance à une solution de VDI depuis son point de terminaison peut gérer le système d’exploitation, les applications et les données comme s’ils s’exécutaient localement. Cette configuration permet aux travailleurs d’accéder de façon sécurisée à tout ce dont ils ont besoin sur presque tout type d’appareil, sans qu’aucun matériel spécifique ne soit nécessaire.

Assortis de solutions pratiques d’authentification unique (SSO) et d’accès distant sécurisé, les postes de travail virtuels peuvent également être exécutés et gérés aux côtés de l’éventail croissant d’applications cloud, Web et mobiles qui composent les flux de travail modernes. Les collaborateurs bénéficient d’une expérience unifiée qui permet une productivité accrue, tandis que l’IT évite les silos et limite le risque de connexions non autorisées.

En d’autres termes, le VDI dans le contexte d’une plateforme d’espace de travail digital contribue à créer un environnement de travail supérieur, sans compromettre la sécurité. Néanmoins, les avantages précis du VDI pour les utilisateurs et l’IT dépendent du type de déploiement.

Déploiements de VDI persistant vs non persistant

Dans le cadre d’un VDI persistant, un utilisateur se connecte toujours à la même image de poste et toutes les modifications apportées à ses applications et ses données sont conservées. Ce type de déploiement permet une personnalisation complète. Par contraste, les modifications ne sont pas enregistrées dans le cadre d’un VDI non persistant.

Le VDI persistant fonctionne comme suit :

  • Un utilisateur se voit attribuer un poste standardisé du pool de ressources lors de sa première connexion
  • Par la suite, chaque fois qu’il accède à l’environnement VDI, il est connecté au même poste et toutes ses modifications sont conservées au sein de l’image virtuelle du système d’exploitation, y compris après un redémarrage
  • Pour les collaborateurs qui doivent gérer des flux de travail digitaux complexes et rapides, cela leur permet de reprendre facilement là où ils se sont arrêtés et de bénéficier d’options de personnalisation étendues des applications virtuelles et des paramètres de leur poste

Par contraste, le VDI non persistant fonctionne comme suit :

  • Le client final peut être connecté au même poste de travail à chaque fois ou à un poste choisi au hasard au sein du pool
  • Dans les deux cas, aucune des modifications effectuées n’est enregistrée au moment du redémarrage
  • L’implémentation d’un VDI non persistant convient pour accéder ponctuellement à un poste de travail, mais pas pour utiliser un poste virtuel comme équivalent physique personnel - pour cela, un VDI persistant est nécessaire

Puisque rien n’est sauvegardé une fois la connexion terminée, l’IT n’a pas à gérer une multitude d’images de système d’exploitation personnalisées, ce qui simplifie la gestion du datacenter et réduit les coûts. Le VDI non persistant rationalise également la gestion des appareils pour les utilisateurs standard ou de kiosque, qui n’ont rien besoin d’enregistrer.

Quels sont les avantages et les limites du VDI ?

Le VDI prend en charge les utilisateurs mobiles et l’accès distant, puisqu’un poste standardisé est accessible partout et depuis presque tout type de point de terminaison compatible et approuvé. Pour les travailleurs qui se déplacent régulièrement et qui ont besoin de pouvoir accéder à un poste virtuel contenant l’ensemble de leurs applications et données virtuelles, le VDI revient à avoir un bureau à disposition à la demande. En ce sens, il s’intègre parfaitement aux flux de travail de leur espace de travail digital qui impliquent déjà une consommation régulière similaire d’applications cloud, Web et mobiles dans différents contextes, notamment s’il s’agit d’un VDI persistant.

Économies de coûts et contraintes matérielles réduites

Au-delà des avantages que le VDI présente pour les utilisateurs, cette technologie peut également permettre à l’IT de réaliser des économies de coûts considérables :

  • Le gros du traitement VDI s’effectuant sur serveur, aucun matériel haut de gamme ou relativement coûteux n’est nécessaire
  • Au lieu de cela, l’accès au VDI peut se faire depuis un client léger peu coûteux, par exemple un vieux PC qui aurait été reconverti à cette fin et dont le cycle de vie aurait ainsi été prolongé
  • L’IT n’a ainsi plus besoin de réaliser de nombreux nouveaux achats ni d’apporter de gros ajustements à son budget

Centralisation et sécurité renforcée

Sur le plan de la sécurité, le VDI offre des avantages par rapport à l’exécution locale d’un système d’exploitation (et de tout le reste). Toutes les données d’une connexion au VDI résident sur le serveur, et pas chez le client final, de sorte qu’en cas de vol du point de terminaison, aucune donnée n’est à extraire du stockage local.

En outre, l’environnement VDI est entièrement contrôlé de façon centralisée depuis un datacenter. Les administrateurs peuvent appliquer des correctifs de logiciels et des mises à jour, modifier les paramètres et mettre en œuvre des stratégies pour tous les postes virtuels au sein du déploiement. En ce sens, le VDI permet un contrôle affiné et une isolation sûre des images de système d’exploitation depuis un serveur central, dont la configuration est moins compliquée que la gestion d’ordinateurs portables exécutant chacun leur système d’exploitation en local.

Considérations relatives à la sécurité et aux performances

Pour autant, la sécurité ne peut pas être considérée comme acquise avec le VDI. Les images de système d’exploitation doivent être correctement gérées et mises à jour, et l’authentification du client final doit être rigoureuse. Les solutions d’espace de travail digital peuvent être utiles à cet égard grâce au Single Sign-On, une meilleure sécurité des terminaux et le chiffrement des données en transit.

Les performances sont un autre élément clé à prendre en compte avec le VDI :

  • Lorsque le VDI s’est popularisé au milieu des années 2000, ses performances type étaient visiblement moins bonnes que celles d’un système d’exploitation local
  • Avec le temps, l’écart s’est considérablement réduit, mais certains utilisateurs pourront encore avoir l’impression de ne pas bénéficier de la meilleure expérience possible
  • Un ajustement occasionnel des performances et une vérification du déploiement du VDI sont conseillés, afin de veiller à ce que tous les problèmes techniques solubles soient traités

Quels sont les scénarios d’utilisation du VDI ?

Le VDI est une technologie importante pour de nombreux types de travailleurs dans de nombreux secteurs. Les collaborateurs distants et mobiles, les sous-traitants, les utilisateurs standard et de kiosque, les techniciens de terrain, les professionnels du secteur médical, les enseignants et bien d’autres font souvent confiance au VDI pour accéder à un poste virtuel fiable depuis un ou plusieurs endroits. De par son caractère polyvalent et adaptable à différents types de déploiement, la technologie VDI convient aussi bien aux utilisateurs qui souhaitent accéder à un poste standard non persistent qu’à ceux qui cherchent à transformer leur poste virtuel en espace de travail digital ultra personnalisé.

Comment le VDI soutient-il les espaces de travail digitaux ?

Les espaces de travail digitaux sont orientés applications. Un accès sûr et direct à plusieurs types d’applications, y compris les applications virtualisées via une image de système d’exploitation de VDI, est essentiel.

Une solution de VDI fiable et économique peut vous aider à faire évoluer les applications et les services clés pour répondre aux besoins des équipes de plus en plus distantes et mobiles d’aujourd’hui. Le VDI garantit une expérience cohérente sur un ensemble d’appareils (PC, tablettes, smartphones et clients légers) et offre aux collaborateurs et sous-traitants une grande liberté dans leur façon de travailler. Il permet des flux de travail plus rationalisés et unifiés.

Le VDI permet également d’améliorer la cybersécurité et de réduire les frais informatiques. Les violations de données devenant de plus en plus coûteuses au fil des années, l’isolation et la centralisation du VDI peut être un élément central d’une stratégie de sécurité multicouche. Cela évite aussi aux équipes IT d’avoir des données sensibles stockées localement sur des appareils clients.

Comment Citrix peut-il vous aider avec le VDI ?

Citrix offre un portefeuille varié de solutions de virtualisation de postes répondant aux besoins des entreprises de toutes tailles et de toutes sortes. Citrix Virtual Apps and Desktops rend le VDI intuitif et accessible, et garantit aux utilisateurs l’accès aux applications dont ils ont besoin pour rester productifs avec les espaces de travail digitaux actuels. Associé à Citrix Workspace, il contribue à garantir la meilleure expérience de VDI possible dans le contexte de flux de travail complexes impliquant plusieurs appareils et plusieurs applications. Citrix Workspace donne aux collaborateurs un accès complet et sécurisé à tout ce dont ils ont besoin pour rester productifs partout.

Ressources supplémentaires