Tablettes, ordinateurs portables, smartphones : ils fleuriront cette année encore au pied de bon nombre de sapins français (comme le confirme d’ailleurs une récente étude GfK : http://bit.ly/umZ43b).

L’appétit pour les nouveaux appareils se confirme… tout comme grandit la frustration de devoir les laisser à la maison pour retrouver le bon vieux PC fournit par le département informatique de son entreprise. Et là, quand on touche son écran rien ne bouge : on ne fait qu’y laisser une trace de doigt.

“Bring Your Own”

Et pourtant tout n’est pas perdu : la magie de Noël peut encore opérer. Ou plutôt, la magie du BYO (Bring Your Own) qui gagne de plus en plus de terrain. Ce mouvement qui consiste à encourager les employés à utiliser leurs périphériques personnels pour travailler prend de l’ampleur. J’en veux pour preuve les résultats de l’étude commanditée par Citrix en 2011 (http://bit.ly/rkRSpX). Les réponses données par 700 professionnels de l’IT basés dans 7 pays différents montrent que 92% des entreprises constatent la présence grandissante des périphériques personnels dans l’entreprise. En fait c’est plus d’un quart des employées qui les utilise régulièrement pour travailler. Et ce n’est que le début puisque les projections montrent qu’en 2013 nous serons plus de 35% à faire de même.

En France, des études complémentaires menées par Citrix (ici  http://bit.ly/vwnhQF et là : http://bit.ly/kwt2Zt contenu en anglais) démontrent que dans 61% des entreprises françaises, les employés utilisent déjà leurs propres matériels informatiques pour travailler. Une utilisation le plus souvent “clandestine” puisque seuls 32% des départements informatiques ont identifié la présence de ces appareils. Ce qui n’est pas sans poser quelques problèmes de sécurité voire même de conformité. La frontière de l’IT de l’entreprise serait-elle devenue poreuse alors que les dépenses de sécurité ne cessent d’augmenter. La “zone grise” de l’IT d’entreprise s’étendrait-elle à vitesse grand V ? Alerte ! L’IT perd le contrôle !

Mais qu’y a-t-il à perdre au fait ? Pourquoi faudrait-il cacher honteusement son iPad dans son tiroir de bureau à l’approche du directeur informatique… Surtout en ces temps de crise économique ?

Le sens de l’Histoire

Contraction des budgets (et notamment des budgets IT), recherche de gain de productivité et nouvelles façons de travailler, rétention des talents et satisfaction des employés sans recourir à l’augmentation significative de la masse salariale: ces enjeux se généralisent. Ils favorisent l’adoption de nouveaux modèles (télétravail, centralisation et automatisation des tâches, outsourcing, etc.) rendus possibles et pertinents par la technologie.

Et plus particulièrement par la virtualisation des postes de travail qui rend caduque la maîtrise du périphérique et réoriente les ressources sur les deux priorités que sont les applications et leur accès, sécurisé et performant.

Quelle importance qu’on accède à SAP de son iPad ou de son PC ? Du moment que chaque utilisateur autorisé est identifié et que l’environnement Windows nécessaire est accessible ?

Les solutions de virtualisation autorisent la modernisation du parc informatique des entreprises. A faible coût. Au moment le plus opportun pour les entreprises et leurs employés. C’est aussi ça la magie de Noël.

A ce propos, excellentes fêtes de fin d’année à tous, que vous lisiez ce message sur votre tablette ou depuis votre ordinateur de bureau.