Des avantages bien au-delà du poste de travail

Pour de nombreuses entreprises réduisant leurs immobilisations grâce à la dissociation du matériel et du logiciel, il existe un autre avantage : le partage du poste de travail. Même si beaucoup de grandes entreprises abandonnent le stockage de leurs données sur le disque dur des PC, la plupart des utilisateurs ont encore besoin de leur matériel pour le stockage de leur profil. En séparant définitivement matériel et logiciel, la virtualisation de postes permet de maintenir de façon centralisée les profils des utilisateurs, leurs préférences et leurs paramètres personnels. Le processus d’authentification détermine quel profil doit être streamé sur la machine utilisée. Chaque employé de l’entreprise bénéficie ainsi de son propre poste de travail personnalisé, quel que soit le périphérique sur lequel il travaille.

Moins de mètres carrés, une souplesse de travail accrue (permettant d’intégrer les sous-traitants, les travailleurs à temps partiel ou en contrat court, les emplois partagés, les environnements externalisés, etc.) : ce sont ces nouveaux avantages qui attirent certaines entreprises, avant même la réduction des dépenses d’investissement et d’exploitation. Certains projets de virtualisation trouvent même leur unique origine dans le souhait de prendre en charge le travail à domicile. Une fois adoptée et maitrisée, la virtualisation de postes tend à s’étendre à l’ensemble de l’entreprise par le biais de technologies légèrement différentes répondant aux besoins particuliers d’autres populations d’utilisateurs.

Mais l’un des avantages les plus importants de la virtualisation de postes, même si ce n’est pas le plus fréquemment perçu, c’est le renforcement de la sécurité. Grâce à la virtualisation, la sécurité est considérablement renforcée à plusieurs niveaux. Avant tout, le système d’exploitation et les applications étant désormais hébergés au sein du datacenter, les logiciels des utilisateurs sont gérés professionnellement et bien moins exposés aux risques d’intrusion de virus et autres malwares. Notamment aux risques induits par l’ouverture naïve de pièces jointes infectées ou par le téléchargement de logiciels malveillants.

Pour les utilisateurs mobiles qui travaillent sur des ordinateurs portables (population généralement la plus exposée), l’ordinateur portable doté d’un hyperviseur « bare metal » de type 1 représente une véritable révolution en termes de sécurité. Le logiciel utilisé au sein de l’environnement virtuel est totalement protégé. De plus, dès que l’ordinateur portable est connecté à Internet, il se synchronise avec le datacenter et protège ainsi automatiquement tout travail réalisé entretemps. En cas de perte ou de vol du matériel, aucune donnée n’est perdue. Si l’ordinateur portable est volé, dès que celui-ci se connecte à Internet, l’administrateur supprime instantanément depuis le datacenter toutes les données sauvegardées et verrouille le poste, interdisant toute utilisation frauduleuse.

Au delà d’une protection efficace contre les virus, les défaillances et les pertes de données, la virtualisation de postes offre une protection innovante contre d’autres types de risque, comme par exemple celui de vol de propriété intellectuelle. Là encore, le logiciel s’exécutant en toute sécurité au sein du datacenter, les utilisateurs malveillants sont incapables de pénétrer et de pirater les systèmes d’entreprise, voire même de récupérer une simple copie de leur travail. Cet avantage est particulièrement utile dans le contexte de projets de gestion d’applications ou de développement externalisés en nuages privés ou publics.

Dans le cas d’un développement de logiciel délocalisé, par exemple, les codes créés seront directement sauvegardés dans des fichiers hébergés au sein du datacenter. Les développeurs externes ne pourront même pas conserver une copie de leur travail. De même, une base de données ou toute autre information sensible ne pourra être téléchargée sans l’autorisation expresse de l’administrateur du datacenter. La centralisation des postes de travail logiciels via la virtualisation garantit un niveau de sécurité sans précédent, totalement inconnu du temps de l’informatique distribuée.

Se libérer de la contrainte des renouvellements de PC favorise la transformation de l’entreprise

L’une des ironies de la situation économique actuelle, c’est que de nombreuses entreprises ayant fortement réduit leur budget informatique pour s’adapter aux conditions difficiles du marché, se voient maintenant demander d’investir cet argent économisé dans la technologie, afin d’accroître les performances et la compétitivité.

Dans beaucoup d’entreprises encore empreintes de la vieille philosophie du renouvellement tri-annuel des PC, cette pression risque fort de se traduire par l’achat inutile de nouveaux PC. Au contraire, investir dans une stratégie de virtualisation de postes génère une myriade d’opportunités. Car les réductions de dépenses informatiques et la gestion plus rapide et plus efficace des postes de travail ne constituent que la partie émergée de l’iceberg. Une véritable stratégie de virtualisation de postes peut amener à la transformation complète de l’entreprise, à la mise en place de nouvelles méthodes de travail, de services et produits innovants et d’une profitabilité accrue.